La nouvelle sous toutes ses formes

Seul ou en équipe de deux, les journalistes doivent travailler sur un seul sujet, mais en faire trois reportages différents:

  • un topo (long ou court au choix)
  • un faux-direct
  • un sourd-extrait.

Le précède ou le texte doit accompagner chaque reportage afin que les différentes équipes de production puissent réaliser leur émission plus tard dans la session.

SAULIOT SCIENCES

Topo

Esther Sauliot

Le grand public peut découvrir une grande diversité de domaines scientifiques à l’occasion de cette septième édition de Femmes et Filles de Science. Cette journée propose des ateliers ludiques, des conférences et des expositions pour tous les âges. Et la possibilité d’aller à la rencontre de femmes scientifiques de différents domaines. Un reportage d’Esther Sauliot. (insérer topo)

Faux-direct

Esther Sauliot

À Montréal, l’évènement Femmes et filles de Sciences, est l’occasion,  pour la septième année consécutive, de promouvoir l’accès des femmes et des filles aux domaines scientifiques où elles sont encore sous-représentées . Esther SAULIOT (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

Donner envie aux filles et aux jeunes femmes de s’orienter vers des carrières scientifiques, voici l’enjeu de cette journée au Centre des Sciences de Montréal.
Créée dans le cadre de la Journée Internationale des femmes et filles de sciences, cet évènement tout public est une occasion de découvrir la science en participant a des activités ludiques et des conférences (insérer visuel) Il est aussi possible d’y rencontrer des scientifiques qui souhaitent faire changer le regard des plus jeunes sur la science. La microbiologiste et influenceuse scientifique Chloé Savard est au rendez-vous. (insérer extrait)

GAVE VUAGNOUX VÉLO

Topo

Anaïs Vuagnoux

Le cyclisme n’a plus de saison. En effet, les montréalais pratiquent de plus en plus le vélo même en hiver. Comme le témoigne les chiffres des compteurs relayés par la mairie. La Ville de Montréal met en place de nombreuses infrastructures afin que les vélos soient à l’aise sur leurs deux roues en Hiver, comme en été. Tout ça sur un réseau de 717 kilomètres praticables toute l’année. Soit 4 fois la distance pour se rendre de Montréal à Québec. Un reportage de Anaïs Vuagnoux. (insérer topo)

Faux-direct

Maéna Gave

Du côté des transports, le nombre de cyclistes dans la ville de Montréal ne cesse d’augmenter. Selon les rapports, les déplacements à vélo comptabilisés par la Ville de Montréal, entre décembre 2022 et février 2023, ont subis une hausse de 27% par rapport à l’hiver dernier. Diverses raisons encouragent les québécois à modifier leurs moyens de locomotion. Bus, métro, services d’auto partages, Maéna, pourquoi ne pas opter pour le confort des transports en commun ? (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

Le cyclisme n’a plus de saison. En effet, les montréalais pratiquent de plus en plus le vélo même en hiver. C’est pourquoi la Ville de Montréal met en place de nombreuses infrastructures afin que les vélos puissent circuler librement en toute saison. Tout ça sur un réseau de 717 kilomètres praticables toute l’année. Soit 4 fois la distance pour se rendre de Montréal à Québec. (insérer visuel)

Des pistes cyclables de plus en plus fréquentées. Voici à quoi ressemble Montréal un jour de semaine. Des habitués, sur leur vélo, mais également des novices qui ont succombés à cette pratique. Pour de nombreuses raisons, les montréalais préfèrent utiliser leur vélo plutôt que les transports en commun et particulièrement l’hiver. Un mode de transport qui, selon eux, représente un gain de temps considérable ainsi qu’un exercice vivifiant pour se rendre à son lieu de travail. Tout cela est possible grâce aux commerces qui restent ouverts l’hiver mais également grâce à la ville de Montréal qui investit dans ses aménagements. Car, en effet, les pistes doivent être entretenues, salées, déneigées et réparées pour encourager la pratique. Marianne Giguère, conseillère de la ville et responsable du projet Vélo de Montréal témoigne de l’investissement de la Ville. (insérer extrait)

KIEFFER TRUDEL VIH

Topo

Tina Kieffer

Après des années d’intense lutte contre le virus de l’immunodéficience, le VIH demeure relégué aux marges de l’attention médiatique et politique. Laissant de nombreuses voix étouffées et des besoins non satisfaits. Cette négligence découle d’un manque criant d’information et d’éducation, dans nos écoles. Cela se trouve être très dangereux lorsque l’on prend conscience du manque de connaissance sur le sujet par le grand public. Mais aussi l’augmentation des cas chaque année et la dangerosité de l’insouciance chez les plus jeunes. (Insérer Topo)

Faux-direct

Anne Lee Trudel

Une invisibilité médiatique et politique menace la lutte contre le VIH. Une réalité souvent occultée  qui vient également préoccuper la vie et la représentation des personnes affectées par cette maladie. Malgré des décennies de lutte acharnée contre le VIH, cette maladie demeure dans l’ombre, reléguée aux marges de l’attention du grand public. De ce fait, la communauté touchée se retrouve souvent laissée pour compte. Néanmoins, les conséquences de cet abandon, l’impact humain et les appels pressants à une prise de conscience sont une réalité. (Insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

Après des années de combat intense contre le VIH, force est de constater que cette maladie demeure ignorée, reléguée aux marges de l’attention médiatique et politique. (Insérer visuel)

Depuis 2007 seulement 1 milliard de $ sont offert pour la cause. De plus, le silence a laissé de nombreuses voix étouffées et des besoins non satisfaits. Cette négligence découle en partie d’un manque criant d’information et d’éducation, notamment dans nos écoles. Mettant ainsi en danger la population québécoise.

Malgré des décennies de lutte acharnée, le VIH reste dans l’ombre, marginalisant la communauté touchée comme nous l’expliqué Ken Monteith, président de l’organisme COCQ-SIDA. (Insérer extrait)

M.Monteith affirme également que l’augmentation annuelle des cas et le risque d’insouciance chez les jeunes accentuent l’urgence de la situation.  Les conséquences de cet abandon, l’impact humain et les appels à la sensibilisation sont des réalités incontestables qui exigent une prise de conscience rapide.

HAMELIN PALWORLD

Topo

William Hamelin

L’industrie du jeu vidéo connait son premier grand succès de l’année avec Palworld. Surnommer Pokémon avec des armes à feu, le jeu vidéo attire plusieurs pour sa ressemblance aux célèbres jeux vidéo Pokémon. Or, Nintendo pourrait avoir son mot à dire sur cette ressemblance avec sa propriété intellectuelle. Voici le reportage de William Hamelin. (insérer topo)

Faux-direct

William Hamelin

L’industrie du jeu vidéo connait son premier grand succès de l’année avec Palworld. Surnommer Pokémon avec des armes à feu, le jeu vidéo attire plusieurs pour sa ressemblance aux célèbres jeux vidéo Pokémon. Or, Nintendo pourrait avoir son mot à dire sur cette ressemblance avec sa propriété intellectuelle. Voici le reportage de William Hamelin. (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

L’industrie du jeu vidéo connait son premier grand succès de l’année avec Palworld. Surnommer Pokémon avec des armes à feu, (insérer visuel) le jeu vidéo à enregistrer 19 millions de ventes selon sa compagnie créatrice Pocket Pair. Disponible sur Steam et sur le Xbox Game Pass, Palworld attire plusieurs joueurs pour sa ressemblance à la célèbre franchise de Nintendo, mais le jeu est aussi critiqué et même accusé de plagiat. Nintendo a d’ailleurs lancé une enquête afin de déterminer s’il n’y a pas une utilisation non autorisée de sa propriété intellectuelle. Voici l’avis d’un critique de jeu vidéo sur cette décision. (insérer extrait)

JALLET ÉTUDIANTS

Topo

Alice Jallet-Auguste-Garibaldi

A l’approche des examens de mi-session, les étudiants montréalais se retrouvent dans les cafés ou les bibliothèques universitaires pour y étudier toute la journée, mais surtout pour tenter d’évacuer le stress. Notre journaliste Alice Jallet-Auguste-Garibaldi s’est rendue à leur rencontre pour tenter de comprendre ce phénomène qui aujourd’hui touche la grande majorité des étudiants partout dans le monde. (insérer topo)

Faux-direct

Alice Jallet-Auguste-Garibaldi

Bientôt les examens de mi-session à Montréal, et les étudiants se réfugient dans les cafés et les bibliothèques universitaires pour des journées d’étude intenses, mais surtout pour décompresser. Suivons notre journaliste Alice Jallet-Auguste-Garibaldi, qui s’est rendue à la rencontre de deux experts pour explorer ce phénomène touchant désormais la plupart des étudiants à travers le monde. (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

Nous nous pencherons ensuite dans l’émission d’aujourd’hui, sur le quotidien des étudiants montréalais avant leurs examens de mi-session. Cafés et bibliothèques deviennent leurs repaires pour étudier et gérer le stress.

Notre journaliste, Alice Jallet-Auguste-Garibaldi, a enquêté et s’est rendue sur les campus universitaires afin d’être témoins de cette réalité que peu abordent. (insérer visuel)

Pour comprendre un peu mieux ce phénomène, nous sommes allés à la rencontre d’Erick Beaulieu, conseiller d’orientation qui a travaillé pour l’Université de Montréal et qui a donc pu échanger avec de nombreux étudiants sur ce sujet qui l’inquiète.  (insérer extrait)

DIRAT NOIRS

Topo

Neem Karoli Lanfrey Dirat

Durant le mois de Février, c’est le mois de l’histoire des noirs au Canada. Depuis déjà 33 ans, le mois de Février est là pour mettre à l’honneur et en lumière l’histoire grande et riche des noirs et afro descendants que ce soit du Quebec, du Canada ou ailleurs (insérer topo)

Faux-direct

Neem Karoli Lanfrey Dirat

Du 1er au 29 Février, c’est la communautés noires et afro descendantes qui est mises en avant puisque c’est le mois de l’histoire des noires. L’occasion pour de nombreuses personnes de découvrir tout ce qui est lié aux noirs durant tout le mois de Février. (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

Le mois de l’histoire des noirs est une excellente occasion pour les noirs et afro descendants du Quebec de mieux faire découvrir leurs cultures et de faire changer la mentalité des gens vis-à-vis d’eux. D’ailleurs, Nadia ROUSSEAU aimerait pouvoir mieux aider les membres de la communautés noirs dans différents domaines d’activités.

GERVAIS AUTO

Topo

Justin Gervais

Le Palais des Congrès de Montréal à nouveau l’hôte du Salon de l’Auto de Montréal. Et cette année, les visiteurs peuvent s’attendre à voir des nouveautés chez certains constructeurs, et un retour de l’événement dans des conditions similaires à celles avant la pandémie. Un reportage de Justin Gervais. (insérer topo)

Faux-direct

Justin Gervais

L’augmentation de la popularité des voitures électriques et les évolutions récentes dans le monde de l’automobile représentent un défi de taille pour les organisateurs du Salon de l’Auto de Montréal, qui sont appelés à repenser cet événement annuel. JUSTIN GERVAIS (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

Le Salon de l’Auto de Montréal est de retour au Palais des Congrès pour sa 79e édition. L’événement est revenu à un format similaire à avant la pandémie, avec trois étages d’exposition. Les constructeurs automobiles arrivent cette année avec des exclusivités. Les visiteurs répondent présents et passent les tourniquets par milliers depuis le début de l’événement. Les organisateurs estiment même avoir un achalandage semblable à l’édition de 2019. (insérer visuel) À Montréal, les amateurs d’automobiles ont accès annuellement à deux salons de l’auto. Un plus traditionnel, et celui de la voiture électrique. Certains journalistes spécialisés dans le domaine, dont Luc-Olivier Chamberland, s’expriment quant à la pertinence de tenir deux événements distincts. (insérer extrait)

SANNITI RECYCLAGE

Topo

Lucas Sanniti

La Ville de Montréal entreprend une réforme du système de recyclage dès janvier 2025 avec l’aide de l’organisme privé Éco Entreprise Québec. Cette entente va remettre la responsabilité de gestion des matières recyclables entre les mains de leurs producteurs, mais aussi faciliter le tri auprès du citoyen. Un reportage de Lucas Sanniti. (insérer topo)

Faux-direct

Lucas Sanniti

La Ville de Montréal entreprend une réforme du système de recyclage dès janvier 2025 avec l’aide de l’organisme privé Éco Entreprise Québec. Cette entente va remettre la responsabilité de gestion des matières recyclables entre les mains de leurs producteurs, mais aussi faciliter le tri auprès du citoyen. On écoute Lucas Sanniti. (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

Dès janvier prochain, la gestion et le transport des matières recyclables à Montréal se fera par Éco Entreprise Québec. (insérer visuel) Avec cette nouvelle entente, les producteurs d’emballages et de plastiques seront poussés à réfléchir davantage au cycle de vie de leurs matières, de leur conception jusqu’au centre de tri.

Les citoyens devront se convertir au bac bleu alors que tous les bacs verts seront progressivement remplacés au cours de l’année 2025.

Cette uniformisation de la méthode de collecte servira notamment à éliminer les doutes par rapport aux matières qui vont dans le bac.

Éco Entreprise Québec et la Ville de Montréal développeront d’autres mesures de sensibilisation et de facilitation en observant sur le terrain les besoins des Montréalais au cours de la prochaine année.  (insérer extrait)

NOBERT ÉDUCATION

Topo

Rose Nobert

Les professionnels œuvrant dans le domaine de l’éducation spécialisée commencent à s’essouffler. Salaires trop bas, manque de main-d’œuvre et charge de travail trop élevée, qu’arrivera-t-il des élèves ayant besoin d’assistance dans leurs environnements scolaires ? Certains enfants et adolescents comptent sur le travail de leurs éducateurs afin de cheminer plus aisément dans leurs parcours scolaires et dans leurs vies personnelles ; d’où l’importance de soutenir les intervenants qui encadrent la relève de demain. (insérer topo)

Faux-direct

Rose Nobert

Plus tôt cette semaine, quelques témoignages venant d’intervenants du secteur de l’éducation spécialisée ont fait écho ; ceux-ci se disent essoufflés de leurs conditions de travail. Certains enfants et adolescents comptent sur le travail de leurs éducateurs afin de cheminer plus aisément dans leurs parcours scolaires et dans leurs vies personnelles. Qu’arrivera-t-il des élèves ayant besoin d’assistance dans les environnements scolaires ? Notre journaliste Rose Nobert s’est rendue sur les lieux. (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

(Insérer visuel de Myriam) Myriam Paradis, jeune éducatrice spécialisée œuvrant dans une école accueillant des élèves en difficulté d’adaptation, rentre du travail complètement épuisée. Salaire trop bas, charge de travail trop élevée, manque de main-d’œuvre et de reconnaissance, elle œuvre dans des conditions de travail déplorables. (insérer extrait)

(Insérer visuel du conférencier) David Goudreault, auteur et conférencier en prévention du suicide, propose quelques réformes au niveau du financement dédié aux intervenants dans les écoles. Il affirme que la présence de bons éducateurs spécialisés dans les milieux scolaires améliore généralement le rapport des jeunes avec les ressources en santé mentale.

BENCHEIKH PALESTINE

Topo

Dounia Bencheikh

De nombreux manifestants montréalais se réunissent suite à l’annonce du bombardement de la ville de Rafah en Palestine. (insérer topo)

Faux-direct

Dounia Bencheikh

Nous retrouvons Dounia Bencheikh au 1 square westmount pour suivre la manifestation pro-palestine suite au bombardement de la ville de Rafah en Palestine. (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

Suite au bombardement de la ville refuge des Gazaouis, Rafah, une manifesttaion d’urgence en soutien au peuple palestinien s’est organisée à Montréal (insérer visuel)Les manifestatnts réclame qu’on entendent la souffrance de ce peuple. (insérer extrait)

LUCCA SOUCHET

Topo

Laury-Ann Lucca

En 2013, l’ancien directeur général d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, avait tenu en commission parlementaire que jamais il n’utiliserait que la centrale nucléaire Gentilly-II, unique au Québec et en fin de vie, ne soit prolongée de 30-40 ans. Aujourd’hui, avec une demande en énergie toujours croissante au Québec, la question du nucléaire refait pourtant à nouveau surface. Dans un reportage, notre journaliste Laury-Ann Lucca est allé faire état du débat actuel sur l’enjeu de l’énergie pour les prochaines années. (Insérer Topo)

Faux-direct

Clément Souchet

Mais où va le gouvernement québécois au sujet de l’énergie ? Depuis maintenant quelques mois, la réfection de la centrale Gentilly-2 est revenue dans tous les esprits. L’objectif de décarbonisation pour 2035 semble, pour le gouvernement, pouvoir se réaliser uniquement grâce à l’apport du nucléaire. Cette question divise la société québécoise et l’opposition incrimine surtout la nécessité de produire plus pour enrichir l’industrie. Nous avons envoyé notre équipe de journalistes sur le terrain pour enquêter sur le sujet.

Sourd-Extrait

En 2013, l’ancien directeur général d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, avait tenu en commission parlementaire que jamais il n’utiliserait que la centrale nucléaire Gentilly-II, unique au Québec et en fin de vie, ne soit prolongée de 30 à 40 ans. Aujourd’hui, avec une demande en énergie toujours croissante au Québec, la question du nucléaire refait pourtant à nouveau surface. (insérer visuel)

Cela fait maintenant quelques années que le gouvernement parle d’un objectif de décarbonisation pour 2035. D’abord discuter entre les différents acteurs dans le milieu de l’énergie, le recours au nucléaire est discrètement arrivé, il y a quelques semaines, dans la place médiatique. Pour preuve, une déclaration officielle d’Hydro-Québec ne réfutant aucunement une possible utilisation du nucléaire a vivement fait débat. Entre le gouvernement qui refuse de se positionner et l’opposition qui ne compte pas en démordre, la question risque donc d’encore faire parler d’elle pendant quelques années. (insérer extrait)

TREMBLAY-PERROTTE

Topo

Philippe Tremblay-Perrotte

En vue de la nouvelle politique de la vie nocturne annoncée par l’administration montréalaise, les citoyens ont été conviés à une séance d’information publique a l’hotel de ville de Montréal pour une discussion ouverte. Un reportage de Philippe Tremblay Perrotte. (insérer topo)

Faux-direct

Philippe Tremblay-Perrotte

Montréal, bientôt une ville qui ne dort jamais ? C’est la promesse d’une séance d’information publique ayant lieu aujourd’hui  pour présenter en détail une toute nouvelle politique concernant la vie nocturne.  Commerçants, noctambule et résidents de certains quartiers plus animés ont été conviés à l’hotel de ville de Montréal, ou notre reporter Philippe Tremblay Perrotte s’est également rendu. À vous Philippe (insérer faux-direct)

Sourd-Extrait

Montréal promet une nouvelle politique de la vie nocturne qui transformera la métropole en permettant aux Montréalais de festoyer toute la nuit. À cet effet, les citoyens ont été conviés le 13 février à l’hotel de ville de Montréal pour une séance d’information publique

Comme promesse phare, certains bars et boîtes de nuit seront sélectionnés pour demeurer ouverts 24h sur 24, 365 jours par année.

Ce projet tient également à assouplir les lois concernant les nuisances sonores dans ses futurs secteurs 24h, mais aussi  impliquer ses résidents dans les consultations pour ne laisser personne derrière.

Une commission composée d’élus municipaux à été choisie pour évaluer et agir comme avocats du diable en ce qui concerne ce processus de dynamisation de la vie nocturne

L’adoption finale de cette politique est attendue pour la fin de l’été, marquant ainsi un tournant potentiel pour la vie nocturne montréalaise.

On vous laisse entendre Thomas Peltier, commissaire au développement économique de la ville de Montréal (insérer extrait)