Du certificat en journalisme aux portes de Radio-Canada : le parcours inspirant de Déborah St-Victor

ActualitésEntrevue

Par Étienne Godin

Lorsqu’elle a amorcé des études au certificat en journalisme à la Faculté de l’éducation permanente (FEP) de l’Université de Montréal en janvier 2022, Déborah St-Victor était loin de se douter qu’à peine un an plus tard, elle serait recrutée au sein du réputé programme de reporter multiplateforme de Radio-Canada. Ce coup du destin allait même l’emmener à interpeller le premier ministre Justin Trudeau en conférence de presse. Entretien avec une étudiante au parcours aussi fulgurant qu’inspirant.

Déborah St-Victor en converse à Radio-Canada (Photo gracieuseté)

« Pour être honnête, tout s’est déroulé à la vitesse grand V », lance la principale intéressée en visioconférence depuis Toronto, où elle travaille désormais pour l’une des stations régionales francophones de Radio-Canada. Déborah raconte qu’elle a eu la piqûre pour le journalisme alors qu’elle étudiait au certificat de rédaction professionnelle et qu’elle occupait en parallèle un poste de technicienne au département des communications de la Faculté de médecine de l’UdeM. « Dans le cadre de mon travail, j’ai eu le privilège de fréquenter deux journalistes qui m’ont dit : ‘ Tu écris bien, tu as le don de trouver des sujets intéressants et de faire de bonnes recherches ‘ », se remémore-t-elle. Curieuse de nature et éternelle étudiante dans l’âme, il n’en fallait pas plus pour qu’elle entreprenne des études en journalisme après avoir complété son premier certificat à la FEP.

Inspirée par les « judicieux conseils » des chargés de cours André Parent et Bernard Faucher, qu’elle cite comme ses deux principales sources d’inspiration, Déborah a eu l’audace de soumettre sa candidature à Radio-Canada avant même d’avoir terminé son certificat en journalisme. « Ces deux enseignants ont vu un certain potentiel en moi et m’ont donné envie de grandir, de tenter ma chance », explique celle qui poursuit ses études à distance depuis Toronto.

« M. Parent a été le premier à m’encadrer quand je suivais l’atelier de journalisme multimédia. Il m’a grandement aidée pour tout ce qui a trait aux aspects techniques et à l’audiovisuel. Quant à M. Faucher, ce n’est pas un simple chargé de cours, c’est un mentor. » – Déborah St-Victor

« Il a une approche pédagogique très inclusive et il m’a accompagnée pas à pas dans mes démarches pour postuler à Radio-Canada. Il continue d’ailleurs à me suivre depuis que je travaille à Toronto », souligne-t-elle avec reconnaissance. 

Un rythme effréné

En janvier dernier, Déborah a été envoyée à Regina, en Saskatchewan, pour suivre la formation de cinq semaines du programme de reporter multiplateforme de Radio-Canada, avec la promesse d’être ensuite relocalisée dans l’une des stations francophones régionales de la société d’État pour y parfaire son apprentissage. 

Bien que stimulant, ce périple n’a pas été de tout repos, admet la journaliste. Elle s’est toutefois sentie bien outillée grâce aux compétences acquises dans le cadre du certificat en journalisme multiplateforme. « On nous apprend, à partir d’une même cueillette d’information, à décliner le contenu sur trois plateformes : la télévision, la radio et le Web. Par moments, ça peut être essoufflant, mais c’est réalisable », souligne-t-elle. « Radio-Canada utilise ses propres logiciels [de montage], donc il a fallu que je réapprenne tout ce qu’on m’avait montré sur Adobe Premiere Pro [dans le cadre du certificat] », ce qui a représenté un défi supplémentaire dans un contexte où les notions doivent être assimilées très rapidement.

Dès son arrivée à Toronto, Déborah St-Victor a eu l’occasion de mettre en application l’expertise journalistique qu’elle a acquise tant à l’Université de Montréal qu’à Radio-Canada. Elle se dit particulièrement fière du reportage Web sur le deuil périnatal qu’elle a réalisé en mai dernier. « C’était un échange à cœur ouvert avec des mères endeuillées. C’est le type de journalisme qui m’interpelle. J’aime avoir un contact spontané et authentique avec les gens. Au fond, je réalise que j’aime faire des reportages écrits en profondeur, de type long format », confie-t-elle.

Une question inattendue à Justin Trudeau

Le 21 avril dernier, après une rencontre matinale avec son affectateur, Déborah est dépêchée à St. Thomas, dans le sud-ouest de l’Ontario, pour assister à une conférence de presse du premier ministre Justin Trudeau concernant la construction d’une usine de batteries pour véhicules électriques Volkswagen. À cette occasion, la station radio-canadienne d’Ottawa demande à la jeune journaliste de poser au premier ministre une question qui n’a rien à voir avec le sujet du jour : la potentielle extradition du Libano-Canadien Hassan Diab, advenant que celui-ci soit condamné par la cour d’assises de Paris pour un attentat à la bombe contre une synagogue survenu 43 ans plus tôt. 

Doug Ford, Justin Trudeau et François-Philippe Champagne
(Photo : Déborah St-Victor)

Déjà fébrile à l’idée d’interpeller Justin Trudeau, Déborah reçoit un texto de Radio-Canada, deux minutes à peine avant de poser sa question, lui annonçant : « Le verdict vient de tomber [en France] pour Hassan Diab. COUPABLE! Il faut changer la question! » Sous l’effet de l’adrénaline, elle tente de garder son calme malgré l’impression que son cœur est sur le point de bondir hors de sa poitrine. Au dernier instant, elle reçoit la nouvelle version de la question de Radio-Canada, qu’elle pose au premier ministre du tac au tac : « Un tribunal français vient de déclarer Hassan Diab coupable. Quelle est votre réaction et qu’allez-vous faire si le gouvernement français vous demande une autre extradition? » 

« Je crois que le premier ministre a été pris au dépourvu par ma question. Il ne semblait pas avoir été informé du verdict. Quelques minutes plus tard, [Radio-Canada] Ottawa publiait un article à ce sujet. » On peut d’ailleurs y lire la réponse du premier ministre Justin Trudeau : « On va regarder attentivement la décision et quelles seront les prochaines étapes pour le gouvernement de la France. Nous prenons très au sérieux l’importance de protéger les citoyens canadiens et de respecter leurs droits. »

Ce jour-là, Déborah St-Victor a réellement pris conscience de ses capacités et surtout, elle a réalisé qu’elle n’avait aucune raison de douter d’elle-même. « Je suis convaincue qu’en mettant le temps et les efforts nécessaires, je deviendrai une excellente journaliste. Surtout, je ne regrette rien, car j’ai pris conscience de mes qualités et des aspects que je dois améliorer. J’ai finalement découvert mon intérêt pour l’écriture de longs récits qui portent sur les gens et leurs mœurs. Je me suis souvent surprise à ne pas compter les heures lorsqu’il s’agit d’écrire sur des sujets plus humains », conclut-elle avec humilité.


Note de la rédaction : Étienne Godin, l’auteur de ce texte, a côtoyé Déborah St-Victor dans le cadre de certains cours du certificat en journalisme en 2022. Nous tenons à le mentionner par respect pour les principes d’éthique journalistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *