Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo

Par Jean-Louis Aubut

Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo      Dany Laferrière de l’Académie française

Édition Mémoire d’encrier 2015. Collection chronique 299 pages

Crédit photo : Jean-Louis Aubut

Le récit commence aux coins des rues Saint-Denis et Cherrier. Mongo, un survenant, fait la connaissance de Dany Laferrière. Cette nouvelle rencontre guidera Mongo dans la bonne voie pour vivre en harmonie au sein de la société québécoise. En écrivant ce petit livre pour Mongo, l’écrivain nous montre qu’« on ne comprendra pas un pays, même si on y est né, si on ne l’a pas étudié ». Un des plus beaux paragraphes est le 52e : (Générosité) à la page 251. Sublime. Les lecteurs qui ont émigré presque en même temps que l’écrivain se reconnaîtront, se remémoreront leur parcours en s’asseyant sur un des bancs du Carré Saint-Louis. J’en suis. Oui, c’est une belle lettre d’amour au Québec.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*