Manifestation de solidarité avec Haïti à Montréal

Par Renaud Proulx

En ce dimanche 17 novembre, environ 150 manifestants témoignent de leur solidarité avec le peuple Haïtien au centre-ville de Montréal. Ici comme à Haïti, les manifestants réclament la démission du Président Jovenel Moïse.

Depuis plus 2 mois, Haïti vit une grave crise sociale alors que la population prend la rue et réclame un changement de gouvernement. La situation en Haïti inquiète les membres de cette communauté installée à Montréal. Jennie-Laure Sully sent le devoir de manifester sa solidarité: « Je me sens responsable puisque je suis installée ici. Je ne peux pas rester assise et ne rien faire. »

Des manifestants témoignent de leur solidarité avec le peuple Haïtien au centre-ville de Montréal

Influence canadienne

Les manifestants demandent au premier ministre Justin Trudeau de se dissocier publiquement du régime de Moïse. On accuse également le Canada de faire preuve d’impérialisme par sa présence au sein d’un groupe influent de dignitaires étrangers appelé le Core Group.

Au sein de se groupe se trouve des représentants de plusieurs pays occidentaux dont les États-Unis, le Canada et la France.  « C’est le Core Group qui fait et défait les présidents chez nous » affirme Frantz André du groupe Solidarité Québec-Haïti. Selon lui, les appuis internationaux sont essentiels au maintien en place du régime.

Crise sociale

En Haïti, la population accuse le président Jovenel Moïse de détournement de fonds. Les 4 milliards de dollars prêtés par le Vénézuela afin d’aider au développement d’Haïti sont introuvables. À ce scandale de corruption s’ajoute une flambée du prix de l’essence qui pousse les citoyens à la révolte.

Le bilan de ses violentes manifestations s’établit à plus de 40 morts et des centaines de blessés. Cette crise paralyse l’ensemble des activités économiques et sociales du pays.

Les écoles et hôpitaux ne peuvent plus fonctionner normalement. Les transports sont difficiles et plusieurs routes sont inaccessibles.

Les appuis au Président Moïse se font rares. Les classes politiques et économiques se désolidarisent peu à peu du régime.

Frantz Voltaire, directeur général du Centre International de Documentation et d’Information Haïtienne, Caribéenne et Afro-canadienne (CIDIHCA) croit que la solution à la crise actuelle réside dans une réforme en profondeur de l’État Haïtien: «  La contestation dépasse la présidence de Moïse et s’attaque à un système politique haïtien gangrené par la corruption depuis des décennies »

Notre reporter Renaud Proulx était présent à la manifestation  :


Durée : 1:42

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.