L’impact de la marche pour le climat dans les élections fédérales canadiennes 2019

Par Anaïs AMOROS

Le 27 septembre, la marche pour le climat a réuni 1 demi-million de personnes à Montréal. Et pour la première fois dans l’Histoire du Canada, l’enjeu climatique a été au centre de l’élection fédérale. Pourtant, le nouveau gouvernement ne semble pas être à la hauteur des problématiques environnementales.

Manifestation pour la marche pour le climat, le 27 septembre à Montréal (photo Anaïs Amoros)

L’Ecole Polytechnique de Montréal rate l’opportunité de concrétiser son engagement climatique

Un étudiant en génie civil de l’Ecole Polytechnique de Montréal, Phillipe Bouchard-Aucoin, a publié dans La Presse un manifeste : « Manifestation pour le climat : la planète se réchauffe, Poly reste de glace » pour dénoncer son école qui a refusé de participer à la marche pour le climat du 27 septembre. Une occasion loupée qui est regrettée par les étudiants de l’Ecole de Polytechnique, école qui se veut former des « ingénieurs durables ».

ENvironnement JEUnesse VS CANADA

« Le droit à la base a beaucoup de mal à réagir la crise » explique Hugo Tremblay, professeur de droit à l’Université de Montréal. Mais il souligne l’action collective formée par ENvironnement JEUnesse de poursuivre le gouvernement canadien pour son inaction climatique des 25 dernières années. Son objectif est d’ordonner au gouvernement d’adopter une cible de réduction des émissions de gaz à effets de serre.

L’association a espoir qu’une obligation pour le gouvernement de mieux faire en matière de changement climatique soit matérialisée en droit canadien. En attendant le jugement, on espère que le gouvernement précise ses politiques d’actions pour arriver à atteindre son objectif de zéro émission nette d’ici 2050.

Durée : 1’46

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.