Les épiceries zéro déchet gagnent du terrain

L’urgence climatique, qui se fait de plus en plus sentir au sein de la société, donne lieu en contrepartie à la naissance de nombreuses initiatives de réduction de l’empreinte environnementale, et ce à l’échelle internationale. À Montréal, on remarque entre autres la présence de plusieurs épiceries zéro déchet, dont fait partie le Méga-Vrac, un commerce qui a amorcé le virage il y a déjà 4 ans de cela.

Alhem Belkheir, fondatrice du Méga-Vrac. (Image : Marie-Eve Boisvert)

Contrairement aux autres épiceries zéro déchet présentes sur le territoire de l’Île, le Méga-Vrac était à l’origine une petite épicerie de quartier dédiée à servir les citoyens de Rosemont avant l’amorce de son virage vert. C’est à force de voir passer une grande quantité d’emballages que la propriétaire de l’endroit, Alhem Belkheir, a pris la nécessaire décision de transformer son commerce Fou délices en ce qu’est l’actuel Méga-Vrac.

Un virage qui n’aura pas été des plus faciles mais d’autant plus salvateur, l’épicerie étant à la base au service de citoyens qui n’étaient pas des initiés du mouvement zéro déchet. En effet, le commerce a su conserver la plupart de ses clients réguliers, qui se sont adaptés au nouveau modèle, en plus de gagner le coeur de Montréalais au mode de vie écologique qui se déplacent pour profiter des services du Méga-Vrac.

Une communauté par-dessus le marché

Transition complexe pour les non-initiés? Pas particulièrement selon Karelle Brunet, l’assistance-gérante du Méga-Vrac, qui considère que mise à part les quelques adaptations pratico-pratiques que requiert le vrac, il n’y a que des aspects positifs à l’adoption de ce modèle. Comme elle l’explique dans le prochain reportage vidéo, le zéro déchet est synonyme d’adhésion à une communauté respectueuse de la planète et des gens.

Durée: 1:46

Se donner les moyens de ses ambitions

En plus de permettre l’expansion du mouvement écologique, la présence de plus en plus marquée de ce type d’épiceries à Montréal donne donc un coup de pouce aux citoyens déjà conscientisés.
Car bien que pour les adeptes du mouvement il ne soit pas toujours facile de faire concorder l’ensemble de ses habitudes de vie avec ses valeurs, la présence de plus en plus marquée d’épiceries zéro déchet dans la ville de Montréal leur donne un bon coup de pouce.

Durée: 00:10

L’avenir du zéro déchet est on ne peut plus effervescent. C’est donc sans surprise que la fondatrice du Méga-Vrac, Alhem Belkheir, ouvrait une deuxième succursale de son épicerie zéro déchet il y a plus d’un an dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, là où le mouvement prend aussi de l’ampleur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.