Femmes et pouvoir en politique au Québec

par Carole Da Silva

Le Québec est certainement dans le monde, une des sociétés les plus avancées en matière d’égalité entre les hommes et les femmes. Et pourtant, les femmes sont toujours sous-représentées en milieu politique. Au Québec, le Conseil des ministres compte 8 femmes sur 26 membres, soit 31%. 


Durée: 2:10

Valérie Plante, mairesse de Montréal.

L’Assemblée nationale est composée de 33 femmes sur 121 membres, soit 27%. Seulement 17% des mairies sont dirigées par des femmes et 32% des conseils municipaux comptent des femmes. Si le Québec était un pays, il se situerait au 44e rang mondial selon le pourcentage de femmes élues (Conseil du statut de la Femme – Septembre 2015).

Plusieurs raisons expliquent cela, le poids de la famille, le partage inégal du travail domestique et familial. Mais aussi, le manque de ressources financières des femmes, ou encore la culture des partis et des institutions politiques.

Mais la principale raison reste le mode de socialisation qui conditionne le choix des femmes. Selon la mairesse de Montréal, Valérie Plante, c’est un problème qui est plus grand que nous et qui nous dépasse. Contrairement aux hommes, quand on interpelle les femmes à s’engager en politique, elles ne sont pas certaines,  il y a beaucoup d’hésitation et de résistance. Les femmes ont souvent tendance à sous-évaluer leurs compétences à hauteur de 30% de moins que les hommes,« alors moi, je me demande, ce qu’il y a dans le lait des garçons, quand ils sont bébés, qui leur donne cette assurance, cette capacité à se projeter» se questionne la mairesse de Montréal.

Pascale Navarro, auteure féministe.

Pour l’auteure féministe Pascale Navarro, dès le bas âge les filles et les garçons sont socialisés de façon différente. « On a moins le réflexe à prendre notre place politiquement, pour dire, nous, comment est-ce qu’on voit les choses ».

Loin de faire l’unanimité, le quota pourrait être une des mesures pour augmenter le taux de représentation des femmes élues en politique. Son efficacité a été prouvée dans de nombreux pays telles que la France, le Rwanda, l’Afrique du Sud, l’Italie et plus récemment au sein du gouvernement canadien.

L’honorable Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social est plutôt favorable à l’adoption du quota pour assurer la représentation des femmes en milieu politique. Dans le prochain extrait audio, il nous livre son témoignage, à partir de son expérience au sein du gouvernement Trudeau et les résultats observés.

Durée: 00:25

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.