Dynasties du people

 

« Je le trouve glamour », « Il est… comment dire ? Très top model », « Plutôt séduisant », « Il a l’air d’aimer sa femme. » Jamais notre dictaphone n’a accueilli autant d’adjectifs flatteurs comme ce fut le cas au marché Jean Talon de Montréal. Sacré Trudeau!

ETalk2008-Justin_Trudeau_Sophie_GregoirePar Souad Belkacem

Beau, élégant, sympathique, rigolo, notre premier ministre fait fort dans le marketing politique avec ses pauses glamour à la Love actually et son déguisement à la Star Wars.

De quoi écrire des pavés sur ce ministre « sexy » qui a bien l’air d’hériter son don de séduction de son père Pierre Elliott Trudeau.

Celui-ci ne s’est pas seulement démarqué avec sa politique en abolissant la peine de mort, en légalisant le divorce et en dépénalisant l’homosexualité et l’avortement dans les années 60. Il a également marqué l’histoire avec sa « star mania », d’où l’expression« Trudeaumanie ». Chic, très rock ‘n’ roll et encore célibataire à 49 ans, le père Elliott s’affichait en décapotable accompagné de jeunes femmes séduisantes : le tableau parfait pour une rockstar ! Sa spontanéité et sa popularité très tendance à l’époque lui ont valu, ainsi, le titre de premier homme politique vedette. Il sort des sentiers battus, s’éloigne de l’image terne de ses confrères et lance de ce fait la mode du « politique-people ».

Mais comme l’élève dépasse souvent le maître, Justin, admettons-le, surpasse Elliott. Très jeune, notre premier ministre actuel accompagnait souvent son père dans ses tournées politiques, d’où sa grande aisance face aux projecteurs. Aujourd’hui, il ne se limite pas à collectionner les pauses avec sa petite famille, devenue le symbole par excellence de la famille canadienne parfaite, à l’image de ses parents Elliott Trudeau et Margaret Sinclair.

Il ne se fait pas prier pour prendre des selfies avec ses fans,  faire des tours abracadabrants, jouer au cascadeur ou lancer des plaisanteries dignes d’un monsieur Tout-le-monde sur les plateaux télé, comme on l’a vu faire avec Guy A. Lepage dans Tout le monde en parle. 

Il va jusqu’à offrir un beau baiser à Dany Turcotte!

Il embrasse langoureusement son épouse Sophie Grégoire devant la foule excitée, le jour de sa gloire. Il n’hésite pas à collectionner les pauses où il l’enlace passionnément. Il défraye les manchettes en battant, lors d’un match de boxe, Patrick Brazeau, le sénateur conservateur. Et… il lui arrive même de faire des strip-teases !

Jusqu’où notre Justin ira-t-il? Va-t-il dépasser les autres dynasties « pipo » inscrites dans l’histoire comme celle du Clan Kennedy, des Bush, des Adams ou des Clinton en passant le flambeau à l’un de ses deux fils? L’avenir nous le dira…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*