Bonjour ! Hi !

Par Soumaïla Diomande

Bonjour ! Hi ! À vous de choisir la langue dans laquelle vous désirez être servi. C’est le message d’accueil du service à la clientèle de presque tous les services à la clientèle à Montréal. Cette petite salutation se veut une expression qui marque le premier contact avec Montréal.

Image : Ville de Montréal

La ville de Montréal a 375 ans. Elle est la grande sœur du Canada qui fête ses 150 ans cette année. Drôle, n’est-ce pas ?Montréal est une île regroupant environ 2 millions d’habitants. Elle compte quatre universités ayant toutes des départements francophones et anglophones. La ville est divisée d’Est en Ouest par le boulevard Saint-Laurent. L’Est est dominé par le français et l’Ouest, par l’anglais.

Le français et l’anglais sont indissociables à Montréal

Le français et l’anglais forment les lits jumeaux, ou « Twin bed », à Montréal. C’est une théorie révolutionnaire développée par Jacques Bouchard. Auparavant, les publicités étaient des traductions littérales de l’anglais, ce qui ne reflétait pas les vérités consommatrices du Québec. Jacques Bouchard, le publicitaire qui a marqué le Québec, a réussi à convaincre certains décideurs de Toronto de lui confier leurs budgets de communication. Même si Montréal est une ville francophone avec une forte présence anglophone, elle regorge aussi de plusieurs cultures.

Une ville bilingue et multiculturelle

Si le Nouveau-Brunswick est la province bilingue au Canada, Montréal reste incontestablement la principale ville du bilinguisme. Lors du recensement de 2006, 50,2 % des Montréalais avaient pour langue maternelle le français, 17,3 % l’anglais et 32,6 % une autre langue, ce qui fait de Montréal la deuxième plus grande ville à majorité francophone du monde après Paris, et la première des Amériques.

Avec plus de 120 cultures qui composent la population de Montréal, le français est parlé avec des accents anglais, espagnol, grec, arabe, chinois… Cette richesse de colorations est la caractéristique principale du français du 21e siècle. Autre fait à noter : 40 % des immigrants nés en France résident dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal qui abrite une importante communauté estudiantine. Là, on parle le français de France. Il est courant d’entendre des phrases ponctuées de plusieurs « Du coup », nos amis les Français sont reconnaissables par cette expression et leur accent bourgeois. Cela s’explique par le fait que le français en France, avant d’être vulgarisé, était d’abord la langue des bourgeois.

À Montréal Nord

On peut entendre un tout autre accent, à savoir l’accent créole. Si vous prêtez bien l’oreille, au lieu de Bruno vous entendrez « Boono », et carotte se prononcera « car wotte ». Aussi, le mot « genre » revient beaucoup dans la conversation surtout chez les jeunes. Les gens originaires d’Afrique de l’Ouest francophone ont tendance à prononcer les « r » avec un long accent tonique. Par contre, les ressortissants de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient qui ont l’arabe comme langue maternelle prononcent certaines syllabes du fond de la gorge.

Et les Québécois d’origine sont amoureux des pronoms. Ils en utilisent beaucoup trop. Tu viens-tu ? Nous autres, vous autres et quand ils sont en colère, tout le vocabulaire pastoral inonde les phrases. Le Christ, l’hostie, le tabernacle, et j’en passe, sont des vocables qui reviennent souvent. Les « Latinos » ont conservé la prononciation du u en « ou ». C’est plus fort qu’eux. Ainsi, plusieurs accents façonnent le français à Montréal, l’enrichissent et lui donnent une coloration particulière.

La loi 101 

Le français au Québec a fait l’objet de la loi 101 depuis 1977. Brièvement, cette loi…

  • Impose l’usage exclusif du français dans l’affichage public et la publicité commerciale
  • Étend les programmes de francisation à toutes les entreprises employant cinquante personnes ou plus
  • Restreint l’accès à l’école anglaise aux seuls enfants dont l’un des parents a reçu son enseignement primaire en anglais au Québec
  • Officialise seulement la version française des lois.

Le français, une langue claire

Rappelons que le français est une langue romane construite à partir de l’usage. N’est-ce pas la même chose pour toutes les langues ? Non malheureusement.  Les spécialistes des langues décrivent de manière générale les langues par des caractères généraux, alors l’espagnol est considéré comme une langue noble, l’italien comme une langue harmonieuse, l’allemand comme une langue précise, l’anglais comme une langue naturelle. Pour le français, on met généralement en avant la qualité de la clarté. C’est sûrement pour cette raison que le français possède des qualités d’expression, de transmission, de précision et de synthèse qui ont fait qu’il a été pendant plusieurs siècles la langue mondiale de la diplomatie. « Ce qui se conçoit bien, disait Nicolas Boileau au 17e siècle, s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément. »

Montréal est une oasis francophone de l’Amérique du Nord. C’est une ville qui reste et demeure une porte d’entrée des Européens en Amérique et vice versa.  Le français est la langue dominante, mais force est de rappeler que nous sommes en Amérique du Nord et que l’anglais coexiste très bien avec le français.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*